Archives de mars, 2016


beauce_roulotte_de_berger_5dans l’alpage j’ai un ami

qui aime courir la brebis

tandis que moi

assis

je regarde venir la nuit

~

¤

un carnagebeauce_berger_alite

leur aréopage

fats philosophes

prompts mythos

carnivores entropiques

cancers à cornes

humblement les fuyais

à mi-hauteur assis

~

¤

beauce_roulotte_de_berger_6aussi enfin tu vins

une bouteille à la main.

notre auditoire béa

en fit tout un fromage (ne pas confondre chèvre et brebis)

Gypsie la canidé cachinne

courant après sa queue

~

¤

le vent souffle toujoursbeauce_roulotte_de_berger_2

sur paille sous charpente & poutrelles

tu me racontes la mer

je conte terre à terre.

Amis au coin du feu

regards d’aube bleutée

une envoutante rose s’apprête à éclore

pain et lait

miel et baies.

écoutes tu l’infini qui s’étend?

entends tu?

l’éternel cycle pulsé,

chut,

c’est toi

 

 

 

 


extrait d’une séance enregistrée le 12 juillet 1993 à Sotteville les Rouen; diagnostique à valider = trouble limite; patient 7012; BB 004-oli

Dr AK: entrez

-Bernardette: bonjour docteur

-AK: bonjour madame, prenez place

-B: puis-je vous demander une faveur?

-AK: je vous écoute

-B: pouvons nous inverser nos places, vous dans le fauteuil et moi derrière de bureau?

-AK: c’est une demande inattendue mais pourquoi pas

-B: installez vous confortablement monsieur

-B: vous avez souhaité consulter

-AK: en effet cependant suis-je écoutant ou bien …

-B: oui, je comprends, et ces voix que vous entendez, elles racontent quoi?

-AK: toujours les mêmes souffrances, traumatismes, deuil, solitude, anxiété, abandons

-B: l’abandon? ou les abandons? s’abandonner

-AK: oui, un peu de tout cela, parfois je m’abandonne à mes abandons, je sombre dans les abandons réels et craints, imaginés et abhorrés. Mais pourquoi aborder celà avec toi, j’ai un référent

-B: lui avez vous confié ces sentiments, ces sensations, peurs, douleurs ?

-AK: j’en viens à douter. Puis-je reprendre ma place s’il vous plait, ce petit jeu n’est pas approprié

-B: bien monsieur, nous reprendrons la prochaine fois

-AK: je vous dois combien

-B: vous réglez en espèce ou par chèque?

-AK: comme il vous sierra

-B: 100 en espèces. Vous êtes en ALD?

-AK: oui

-B: tenez voici la feuille de soins

-AK: (sic) mais, c’est à mon nom, en entête et dans la case patient

(…)

Le docteur se retourne, personne, Bernardette n’est pas là. A-t-elle jamais été ici maintenant?

vous le saurez en revenant au cabinetBorderline-personality-disorder 2.1

rendez-vous séance suivante

n’oubliez pas votre carte vitale

à suivre

 


But you — you know — ay, ten times more; the secrets of the dead,
Black terror on the country-side by word and whisper bred

Rudyard Kiplingquote-something-hidden-go-and-find-it-go-and-look-behin-the-ranges-something-lost-behind-the-rudyard-kipling-244349

 Aimons nous vivants, je n’en sais rien mais admettons

qu’il y ait cet au-delà

l’éternité

pour s’ignorer se détester

Bien dommage si nous fûmes oubliés

en somme si nous oubliâmes

 ∃ aimer ∈

¤

Cependant si tout est farce

ésotérique

Théories et croyances pour combler un grand vide

leurres au petit bonheur

ce point infime de non espace ni temps

où nous nous sommes pénétrés

avons joui fusionnés

¤

comme le soleil aime la rosée ouvre la fleurvisuel antidouleur

gentil coquelicot madame

tendre abricot fébrile

soigne encor la douleur

vivre vite cœur à cœur

goutte à goutte

vivre inspiré

expirer vivement

(mais pas n’importe quand, où ni comment, pas maintenant)

 

 

 

 

 


tumblr_msz80r0MXt1qec4rco1_500just like me myself and I, every morning in the night
when I go to sleep not
grab me pen
grab my keyboard & strings
thinkin of you too
much thinkin of
you too thinking
of you maybe just like nothing at all
just like all

you yourself and yours

we ourselves, infinite (h)ours

day to day

night to night

I We go on laughing but quietly2487624_orig

cos’ the others might think we crossed the line

but by this time Birdy,

Randy and chief Bromden and I go free,

free as cuckoo’s

off nests

made of mind ink on soul paper

Publié: mars 14, 2016 dans Uncategorized

J’écris à l’encre de ton âme sur sa peau vibrante… à l’unisson des cœurs (ôH les chœurs)

Oli.W.P.

this true writing is made of breathing ink out on virtual sheets
ermite 2Entretien avec l’homme sur la falaise: alors le sujet se conjugue de joies et de douleurs tandis que les compléments de temps, de lieux, d’objets directs ou indirectement liés aux déliés s’articulent avec plus ou moins heurs tueurs et rares bonheurs.
(…) Est-ce bien raisonnable de nier qu’il y a une vie après la scène? Vie expression de la substance, les éléments organiques se mêlent au tout idyllique.
(…) à l’échelle humaine, la scène est particulièrement aboutie, de dimensions multiples, la plus réduite étant l’échelle de temps. À l’échelle de l’univers interprétable par les terriens, la scène est quasi intemporelle, infinie; c’est l’énergie qui apparait comme la dimension contrainte.

(…) un mystère réside dans le corps humain: principalement association de fluides, l’organisme est comme codé, avec un dessein programmé, enterprocessend. La clef des algorithmes est lisible au sein…

View original post 19 mots de plus


Ultraviolet_image_of_the_Cygnus_Loop_Nebula_crop opsurtout ni mou ni tiède

recherche d’être entier

te souvient-il de l’arbre

au près de… loin du bruit

~

au risque de s’y enchainer

aux NON aux SI

errances éphémères

brisèrent les liens, avoir l’air attaché

~

Si la peur veux que l’on se terre

Cœurs et têtes sous le robinet

tandis que le grand saut libère

un long chemin des cercles

puis retour à la source

ressourcés alentoursabstract character shattered into pieces

universels poussières

instantanés

lumière ~ noir

 

 


~

la première fois

comme un miracle

et puis parfois

qui se répète

se peut-il le refaire

comme

en tous sens

la première fois?

~

pluie olivier chapeau mur