La faille


Le passage était parfaitement connu, maintes fois arpenté. J’en avais identifié les ornières, fait connaissance avec les pierres significatives et quelques grains de sable.

Pourtant, à chaque passage une aventure une sensation, particulières, et je m’attardais en chemin. Quelques pas en avant, et autant en arrière, et puis sur ce coté, en diagonale, en courbe sinusoïdale, un saut sur le talus, et je m’accroupissais avant de m’assoir pour sentir.

Cette terre est vivante, sang de poussière et perles minérales, chaque fois elle me parle, alors je suis resté assis.

Aussi je me suis endormi et lorsque le tout a tremblé, lorsque la terre s’est entrouverte, j’ai ressenti la faille dans mon être en symbiose, comme une apothéose. Cette cicatrice est belle comme la fossette sur ton visage d’enfant, lorsque tu me souris ou que tu t’interroges.

Je reviendrai demain pour découvrir encore et encore ce chemin extraordinaire. Et dans les voies tangentes, las de trop de routine, escapades littorales, escalades en alpages, mes failles s’abreuveront de laves cosmopolites.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close