Entre deux eaux


Entre ciels infinis, profondeurs insondables, Stagnations estivales et crues de mi saisons,

Du jour je tire ma flamme, la flemme en point de mire,

Aliéné au soleil levant, nuage flottant, une lune gibbeuse éclaire d’argent les brasiers du couchant,

Plénitude de l’entre mondes, baladin sur les ondes,

Ventre au nadir, l’index du zénith élève si haut, et les barques à fleur d’eau, et les rides en cercle concentriques,

Nul besoin d’un anneau sur le quai, laisses filer les étoiles, entre la terre et l’eau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close