Au domaine de la douleur, le crève-coeur est Roi


Il faut souffrir pour être belle.

En chemin du plaisir intégral,

Jouer la partition d’une décomposition fatale.

Pluies lacrymales bien trop salées,

La Belle renonce, se soumet à la bête

S’égare en labyrinthes, s’éprend de Pans aux flutes dissonantes.

Puis lorsque vient la rémission, s’éclaire telle un soleil d’artificier, une lune éblouissante de clairs obscurs,

Vénus magicienne, sirène kafkaïenne

Procréatrice divine doublée d’une Déesse ébréchée.

1 réflexion sur « Au domaine de la douleur, le crève-coeur est Roi »

  1. tiens , tu écrits pour une autre ! très beau texte .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close