Les cheveux de feu


Née sur le signe du cheval brûlant

Éperonne les grands écuyers.

Pour débrider rosse hardiesse, fesse la carne.

Attendu qu’elle l’attendrira, l’animal se fera poète,

Aède épique ou métromane piteux,

Peu importe qu’il n’importune ni d’aucun ni personne,

Pour autant qu’il vénère la flamboyante Pouliche !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close