Definitive gaze


Dans la ouate ce matin j’ai le blues du taffetas, je ne taffe pas.

Je couvre mes plaies d’une purée de lettres dont j’épellerais replet les écailles de mes entrailles,

J’enrubanne la momie de mamie de mes mies mes amis mes amants, demi né-mort étant enfant,

Puis l’ubiquiste larve transformiste lève les couleurs avec Soleil équilibriste, délaisse Nuit qui nui

Déroule les bandelettes tel le derviche en s.i.a.m, multijambiste en piste, polyglotte à marotte!

*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close