La courbe de vos U


Longtemps j’ai craint vous manquer de respect quand,

Le regard biais du décapode la queue en baguette de sourcier,

Mon instinct bassiste et les spires de mes ris à tous vents d’élans vaporés

Tantôt pris d’une rafale puis tantôt retourné, comme la voile d’évènements avant,

Et toujours et encore j’y reviens ça détend.

Vos courbes sont planètes dans le creux de ma main

Vos cavités sont collines lunes coulées de neige, éternellement remodelées

Vos synapses me flagellent le tympan des gonades épicées,

Vos aurales globules m’investissent en gloussant d’informelles permanences!

A vous pour toujours femelles arabesques, je suis l’Ulysse de vos métiers, à tisser.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close