Les tribulations d’un tribulin en Ch’tirbulie


0/ préambule \ pré ambule à toi areuh \ pré-ambulatoire, ou introduction (sauf votre respect)

oooops I did it again, et toute cette sorte de choses. Information à la lectrice et par ricochet au lecteur (celui dont je ne me soucie guere, n’etant pas friand de bagatelle avec mes semblables du meme appendice de reproduction, d’autant qu’ils ne représentent que 20% de la patientelle alias clientèle des librairies …)

Avertissement aux médecins qui pourraient lire ce texte et s’inquiéter : non je n’ai pas franchi la limite mais je suis tangent…Depuis mon entrée dans le service j’ai craqué 3 fois pour des raisons claires:

  • je suis à l’isolement pour 7 ou 14 ou 7 mais peut-être 14 jours, ça change selon les interlocutrices teurs . Isolement ça veut dire interdiction de franchir le seuil de la porte de la chambre de l’hosto, se laver dans le lavabo, regarder le soleil se lever à l’Est mais ne pas s’approcher de la fenêtre, deviner le soleil qui se couche à l’ouest (sic) derrière le batiment en brique qui me rappelle l’HP de Rouen et l’immense chapelle qui sera pratique en cas de pertes humaines en nombre dans un bref délai…
  • Je serai ensuite confiné dans l’enceinte de l’hopital sans pouvoir accéder ni a la plage ni à la ville, pendant 2 mois voire plus
  • le stric protocole qui m’est imposé est transgressé systématiquement par le personel à tous les niveaux, non par négligeance ou mauvaise volonté, plutot à cause de la fatigue qui se lit dans leurs propos et gestes. Les patients sont cloitrés tandis que les soignants vont et viennent entre leur domicile les commerces leurs lieux de villégiature en France…qui statistiquement est donc le plus succeptible d’importer la peste pangoline dans l’hopital ? De plus j’ai appris aujourd’hui que la plupart des soignants et un bon nombre de patient ont été positifs il y a quelques temps ..
  • dans ce contexte mirifique j’entame une cure de sevrage de 2 mois pour tenter d’éliminer définitivement sucres et quantités excédentaires; après plus d’un an d’attente (habituellement 6 mois) et avec une probable interventon (le correcteur proposer « innervation » brrrrr j’ai imaginé que tel Volwerine on allait m’extiroer tous les nerfs du corps) intervention chirurgicale à suivre (cliquez cur les liens pour des précisions)…je vais avoir besoin d’aide !
  • je suis perclu de douleurs et ne puis exercer mes activités (lire, jouer de la basse, préparer la fête du 25.09, etc.) que sous antidouleurs, actuellement 100 mg Tramadol et 3 grammes dolipranne jour…

__________________________________________________________

(…) Vous souvenez vous de la scène où, dans « Bienvenue chez les Chtis », le postier parle avec le vieux marseillais qui lui raconte … le froid … la pluie … les spécialités culinaires … la malédiction du grand ch’Nord telle que vous oseriez à peine la souhaiter à votre pire voisin. Vous savez, ce voisin qui habite en dessous de chez vous et qui tape au plafond à pas d’heures quand vous faites tomber votre dentier ou votre télécommande sur le parquet de la chambre ou que votre machine d’assistance respiratoire se met à grogner parce que vous étouffez à moitié, on the edge of making a second Cerebral Vasculary Accident, sur le seuil du grand voyage …

Et bien pas du tout, les Ô de France c’est plein soleil, froid mais comme dans la chanson ou genre, il y a plein de filles aux yeux bleus où se reflète le désir impie qui vous anime, c’est à dire un maroille frites sur la plage de sable, ou plus contemporain à J-1 une Valentine’s day chaude comme un volcan d’Auvergne à l’époque de vos aieux les cromagnon-pihèques. Ou encore mieux sur le Piton de la Fournaise (j’ai un doute callligraphique entre Python le gun et le Python le langage de développement utilisé par ma fille en math, on dit écrit bien Piton pour le truc qui fume dans la jungle ?)

Mais je vous rassure, ça va se gâter, aussitot qu’arrivé par le Nord depuis le Touquet, au bout de l’interminable bord de mer avec ses boutiques restaurants bars fermés, délavés, décors post nucléaire à la Walking Dead sauce Fall Out (voir chez Micromania). No man’s nor woman’s land !!!

NDLA: si vous êtes comme la plupart de vos con.temporain.e.s pressé.e.s d’aller là où vos obligations de cito.yen.hy.enne.s vous portent, marcheuses marcheurs boiteux (j’en suis) boiteuses [vous savez celles qui glissent dans vos boites aux lettres un prospectus ou une « profession de foi » (*)], cul de jattes et fesses de bouquetines, citoyens de la République [pôvre comme disait l’auvergnat de la chanson ou le copain (René Baylac – rip) de mon père en zone libre à Auradé – Gers – 32 en 40 ou du moins avant 45] vous pouvez zapper les deux prochains paragraphes qui n’ont d’autre intérêt que servir de soupape à ma DRAM : 1/ dynamique random acces memory, mémoire dynamique en accès aléatoire, là où s’entrechoquent les neurones via synapses, un vrai boxon que certains s’évertuent à remettre en ordre de marche cartésienne, j’ose pas leur dire que c’est mort, ils sont tellement bons avec nous…DRAM c’est pas un drame mais c’est aussi Le 2/ dram est la devise utilisée en Arménie depuis 1993. 3/DRAM, Dakar Rock And Metal, la plus grande communauté (famille) des fans de rock et metal au Sénégal 4/ La dram, aussi connue sous le nom de drachme (ou drachm) du système de unités de mesure anglo-saxonnes 5/Dommages dus aux Rayonnements électro magnétiques sur les Armes et les Munitions ; une norme sur la stabilité des munitions.Direction régionale des affaires maritimes …et ainsi de suite et encore plus hallucinant si vous passez dans une autre langue, les sens des mots changent, deviennent tellement éclectiques et polychromes que votre propos n’a en aucune manière à voir avec ce que vous pensiez en l’exprimant. Dans les sciences de la communication il est courant de considérer qu’entre ce que je pense, ce que je dis, ce que tu entends, ce que tu comprends et ce que tu vas éventuellement en faire … s’il y a 10 ou 20 % de compréhension commune du propos, c’est bien. Autant s’allonger et faire l’amour comme des jeunes innocents féconds mais pas si cons (ou alors comme des bêtes si elle préfère).

Encore un(e ?) aparté, je vous promets je vais revenir au fil de l’histoire … c’est même pas vrai, j’en suis définitivement incapable, mes bulbes ne fonctionnent pas ainsi, la digression permanente est ma croix, banniere, mon arme de déstabilisation massante, une revendication, mon droit courbe en zig et en zag et, foi de fils spirituel de Monsieur le sus cité Frédéric, si celà vous hérisse le cartésiannisme, pourquoi n’allez vous pas (vous faire) lire le Figaro, Musso, Minute, la Croix ou Minute? C’est vous qui voyez, chacun.cune.cunt.culcul ses vices, et versa. Aparté donc pour vous préciser deux ou 36 clefs de lecture dans les pages de ce blog:

  • tout ici est véridique et complètement romancé, la réalité telle qu’elle, et, moulinée (par papy Mougeot de chez Moulineaux de passage à Cajarc) dans les prismes du kaléidoscope d’un G.I. défoncé au LSD ou plus moderne à la MDMA (sorte d’extasy, ne pas mélanger avec la coke il parait que c’est poison)
  • la drogue c’est de la merde, sauf si c’est ton toubi préféré qui deale, en accord avec le labo qui paye le séminaire, et que c’est remboursé par la sécu et donc financé par ces boeufs beaufs lobotomisés prolos, j’en suis fut en serai et en quoi est-ce un problème ? et bien sur si c’est ton fournisseur de breuvage alcoolisé c’est légal et pas péché, l’eucharistie pour preuve
  • Sais-tu donc de quoi je parle arrivé ici à la moitié de la page ? Si tu dis oui c’est étonnant car étant l’objet d’une écriture automatique sub-sur*in-sous-hypercosmoillogique inconsciente et supraluminique,… je n’en sais rien soi même moi personnellement je.
  • la plupart des noms employés (mais pas rémunéré.e.s, macronie oblige) sont des alias de personnes ayant réellement existé.e.s mais pour éviter le bûcher des censureurs reuses modernes et connecté.e.s, je déclare une main sur le code civil l’autre sur la torah.bible.coran.littérature monothéiste et plus si affinités, je déclare que toute ressemblance avec des personnes ayant existé est purement fortuite, indépendante de ma volonté, à l’insu de mon plein gré. Sans pression ni influence car je n’ai ni éditeur ni maître ni truc, quoi que (à suivre). Là encore ineptie puisque vous tu vous êtes t’es reconnu.e.s dès la postface ci-dessous

1/ (c’est pas trop tôt hein hin en cht’i)De Paris plage Le Touquet à Berck sur Mer, il n’y a pas qu’une tartine de maroilles offerte à un phoque ou un narval

C’est dans cet état d’esprit mais aussi hyper heureux et motivé que je monte dans le taxi ce jeudi matin à 9h45 sur le trottoir devant l’hotel Les Embruns à Paris Plage Le Touquet. Nous sommes donc le 11 février 2021. C’est la guerre (pas moi qui le dit) depuis maintenant plus de 14 mois, la Terre, la fière « Humanité », les humains, femmes, hommes, enfants, vieillard.e.s se font zigouiller. 

NDLA: qu’est-ce que c’est nul cette genrification forcée à tout bout de champ, de chant, de chiant, chienlie, chienceté, chierie, pour pas se faire meetouzer par une bande de félé.E.s intégristes de l’égalitarisme soit disant nécessaire et obligatoire au 21 ème siècle après le fils de Josef, nous voilà sous la pression des .e .s .ée .ées .ie .ies .

 

Présentement patron me voilà fatigué alors j’écourte le reportage, c’est dommage car l’échange avec le chauffeur du taxi était très sympa, nous avons parlé nature chasse pêche et tradition, enfants jeunes et réseautifications, temps d’écrans et jardinage, maroilles et moules frites, radio bière foot (comme la radio des Robins des Bois, énorme). Je procrastine toujours trop et comme il est promis un journal de bord à mes proches … dès pas plus tard qu’aujourd’hui ou demain suite du périple, en tentant d’etre plus concret moins divergent, « 10 verges / an c’est pas si mal Docteur ? » demandait la jeune éffarouchée à l’infirmiere du planning familial … et c’est reparti pour une sortie de sujet incontrolée !

 

0.1 postface dans ta face postérieure, postérieur =>

=> postérieur c’est moins vulgaire que tête de ulc

Ah oui, avertissement aux nouvelles nouveaux lecteurs trices pas tristes: je suis sous l’influence (ça ne se lit pas toujours aisément) influence certaine de Frédéric Dard, possiblement d’Anthony Burgess, Andreï Makine, Vladimir Boulgakov, Henry Miller, Boris Vian, Serge Gainsbourg, Alexandre Benoit Bérurier (mon idole pré grolandaise), Cormak Mac Carty, Oblomov, L.N. Tolstoï (en réalité je suis sa partielle réincarnation, une infime partie parmi millions, en toute humilité pédante de parigot banlieurisé en zone csp ++ à tendance provinciale cosmopolite, selon nos opposants politiques locaux, locos, la campagne aux portes de Paris ), et, pourquoi pas, Alfred de Musset, Verlaine, Rimbaud, Jean Cocteau, Shakespeare (prononcer chaqu’est-ce pé are), Alain Bashung, Alice Cooper, Jean Paul XVI (croix vé baton) le futur pape punk post pandémie terminale incessament sous peu, enfin c’est pas impossible.Sans oublier Hugh Cornwell, Ian Curtis, Frank Zappa, David Byrne, Björk (Björk Guðmundsdóttir [ˈpjœk ˈkvʏðmʏntsˌtoʊhtɪr]), Jacques Higelin, Aristote, Platon, Philipp K. Dick, Howard Philipp Lovecraft, ma mère Denise Walter Poissonnet (sa mère), le petit chat du rabbin de la mosquée Notre Dame de Lutèce, Kalil Gibran, Napoléon Bonaparte, Obélix, Ataturk, Elif Shafak, Eugene Sokolot, et mes amis regrettés qui habitent éternellement mon âme damnée et cependant bénie, parfois, [prenez le temps de comprendre ce concept s’l vous plait], je suis habité, il me semble, parfois.

Vous pouvez demander à Sonia mon épouse, la divine Sissi impératrice de mon vrai royaume virtuel réellement magique… 

J’entends vos « abrège Olive » j’en reviens donc à mes tribulations de curiste en désintoxication sans sucres à l’Hôpital Maritime de Berck sur Mer, Hauts de France alias Picardie, dans le six deux, Gaule européenne post brexit (fuck you bojo), Gode saves the Queen !

 

  • Cette série journal de bord à Berck Hopital Maritime est dédiée à toutes et tous vous que j’aime et qui me le rendez bien, souvent (sic)(sick), et dédiée en particuliers aux équipes de soignantes soignants, aides et aides, infirmiers infirmières, Docteuresses et Docteurs, spéciale dédicace à :
      • Docteur Marion qui est à la croisée des chemins qui mènent ici, charmante et douée de nombres savoirs et intuitions, au quotien émotionnel probablement très supérieur à la moyenne
      • Docteur Pierre qui m’impressionne depuis quelques années; il m’a clairement sauvé d’une déchéance longtemps annoncée, prononcée même par une psy, et plus ou moins sciemment (auto)organisée, même génération que Marion je pense, il est selon moi le psychiatre idéal ce qui, compte tenu de ma relation à son engeance, n’est pas un moindre compliment
      • Docteur Franck qui me sauve discrètement le palpitant depuis 20 ans voire plus, le genre de cardiologue qui a l’humour subtil au énième degré de s’installer rue de la Pompe ! Lui aussi est très certainement une pointure (enfin deux, il n’est pas unijambiste) et son carnet de relation doit briller de la puissance des braves lumineux qui font honneur au(x) code(s)
      • Docteur Philippe l’humble généraliste qui ne s’aventure pas trop à diagnostiquer des trucs qui seront précisés par les spécialistes alors il oriente, conseille, prescrit, donne du recul et du repos, reçoit sans rendez-vous et, les spécialistes vous le confirmerons, généraliste c’est une spécialité rare et vaste

Ce texte est perclus de fautes et bug je vous prie de m’en excuser, je suis un peu sur la tangente mais je vois la piste et je vais poser le gros porteur en douceur, décharger la cargaison et revenir à vous libre, léger, éveillé et autant que possible, humble. Sincèrement merci, et vos commentaires sont évidemment bienvenus.

ps: j’en appelle à la mère Michel mais surtout à Annie et Swafranc pour me donner quelques corrections et rendre un peu moins pénible la lecture de ces lignes. En plus j’ai un problème de correcteur orthographique et grammatical HS sur cet ordi mais C’est promis je m’applique pour la suite

 

OLI W.P. ©®™

à suivre

_______________________________________________________________________________________________________

note 1 : petite photo hors sujet sinon qu’elle m’est parvenue hier pendant que j’écrivais, y a t il vraiment le hasard ? Mon père est allongé dans l’herbe avec deux de ses frères, dans le Gers à Auradé en zone libre pendant la seconde guerre mondiale. Ils habitaient à Ablon proche de Honfleur dans le Calvados (à votre santé); très pauvres ils ont bénéficié de ce transfert, je ne sais pas trop si ce sont les plus agés qui ont organisé la délocalisation des plus jeunes ou si c’est l’état ou encore la mairie ou les chatelains du village mais le séjour à Auradé près de l’Isle Jourdain près de Toulouse est une étape fondamentale de notre histoire…

 

note 2 « profession de foi«  : (…) extrait ci-dessous, pour les définitions complète je vous invite sur un de mes sites de référence. Pour éviter de passer pour l’anal fat bête auquel mon parcours scolaire me destinait http://www.cnrtl.fr richesse extraordinaire! et pour les gourmandes et gourmands [ou plutot mets mettes c’est le but de la cure, migrer d’hédoniste gourmand à comportement déviant jouant en catégorie « obésité morbide niveau III » à gourmet ...], il y a aussi gallica et d’autres, ça ne s’arrete jamais ! C’est Anthony BURGESS qui m’a transmis sa passion de la linguistique, que je pratique en amateur comparée à lui. L’oeuvre méconnue de ce Monsieur est immense mais vous connaissez toutes tous « A Clockwork Orange » « Orange Mécanique » qui au dela de la fable violente aborde dans le langage d’Alex et ses drougidrougdroug une étude des langues et argots, leurs origines diverses et surtout la fantastique richesse des fusions de langues. Russe, anglais, langues européennes voire latin et grec pour déterminer un mode d’expression avec un nombre de mots réduit au stric minimum…écoutez les djeunzz dans le tromé, ça cause hyper fusion de cultures, entre vulgarité et communication idéale, en avant vers les échanges fusionnels sans paroles? Combien de sens mettons nous en oeuvre au quotidien, 3/5/6/n ?

A. −
1. Déclaration publique ayant pour but de faire connaître ouvertement ses opinions, ses sentiments, ses intentions. Toute profession d’incrédulité (…) sera poursuivie comme outrage à la religion et scandale pour les moeurs (Proudhon, Révol. soc.,1852, p.89).L’innovation ne correspondait pourtant pas à une profession d’athéisme, comme on l’a souvent reproché au Grand-Orient (Naudon, Fr.-Maçonn.,1963, p.118):
1. Les Daudet, les seuls êtres que j’aime, les seuls êtres desquels, quand quelque chose chez eux ne m’a pas paru parfait, je n’ai pas voulu dire… et jamais, avec n’importe qui, une parole qui n’ait été une profession de la plus chaude amitié pour eux!… Goncourt, Journal,1892, p.202.
Faire profession de + subst. ou inf.Déclarer publiquement, manifester ouvertement des croyances ou des opinions. Synon. professer.De tout temps il fit profession de mépriser les menaces des tyrans (Marat, Pamphlets,Dénonc. Malouet, 1790, p.217).Le portrait de Napoléon, se disait-il en hochant la tête, trouvé caché chez un homme qui fait profession d’une telle haine pour l’usurpateur! (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p.58).Je compris que les Guermantes me croyaient en effet d’une race autre, mais qui excitait leur envie, parce que je possédais des mérites que j’ignorais et qu’ils faisaient profession de tenir pour seuls importants (Proust, Guermantes 2,1921, p.439).
Faire profession d’être + subst. (désignant un comportement, une manière d’être, une affection). Affecter, se montrer sous un aspect, dans un état donné. Vous ne manquerez pas de vous fâcher contre un de vos compagnons, qui fera profession d’être toujours ivre, et qui se fera beaucoup d’amis en payant du vin à tous les désoeuvrés de Castro (Stendhal, Abbesse Castro,1839, p.182).MrReboudin, depuis qu’il faisait profession d’être asthmatique, ne venait plus régulièrement au café du Lion (Aymé, Brûlebois,1926, p.76).
2. Profession de foi. Déclaration d’adhésion à des principes religieux, politiques, intellectuels auxquels on est particulièrement attaché, dont on se réclame. D’une voix altérée, il prononça la profession de foi musulmane, comme pour se prémunir contre une tentation qu’il redoutait sans pouvoir la préciser (Du Camp, Nil,1854, p.229).Les deux enfants étaient très religieux, surtout Olivier. Leur père les scandalisait par ses professions de foi anticléricales (Rolland, J.-Chr.,Antoinette, 1908, p.839):
2. Je me souviens qu’en 1880, lorsqu’à la suite des conquêtes d’Italie on apporta en France les monuments des arts qui ont orné notre musée pendant quinze ans, David fut un de ceux qui condamnèrent cette mesure, et qui regrettaient que les statues et les tableaux ne restassent pas en Italie. Il fit cette profession de foi publiquement dans l’atelier de ses élèves. Delécluze, Journal,1826, p.295.
En partic.
a) Profession de foi, p.ell., profession. Déclaration écrite d’un candidat à une élection remise à tous les électeurs concernés par cette élection. Je vous remercie de tant de bontés et de soins pour ma cause et la nôtre. Les professions sont envoyées à tous les électeurs. Ce soir j’en rapporte de Dunkerque un grand nombre (Lamart., Corresp.,1831, p.165).Vous savez ce qu’on nomme en langage parlementaire le barodet? C’est le recueil des professions de foi et des programmes des élus, imprimé au début de chaque législature, et qui, ayant été approuvé par les électeurs, est censé représenter leurs cahiers (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p.139).
b) [Dans la relig. cath.] (Cérémonie de la) profession de foi. Synon. communion* solennelle.
3. RELIG. Acte par lequel un religieux, une religieuse s’engage définitivement après le noviciat en prononçant ses voeux. La postulante que vous avez vue n’a pas encore prononcé les voeux de sa profession; elle peut donc, si elle le désire, se retirer du couvent et rentrer chez elle (Huysmans, En route,t.1, 1895, p.215).Moi, ma soeur, j’ai mis les mains dans vos manches? Entendez-vous cela! Voilà comme elle me parle, à moi, son aînée de sept ans dans la profession! (Montherl., Port-Royal,1954, p.983).
Faire profession. Prononcer ses voeux. L’année du noviciat étant expirée, la jeune Angélique fit profession, le 29 octobre 1600, entre les mains de l’abbé de La Charité (SainteBeuve, Port-Royal,t.1, 1840, p.85).Le jour où une novice fait profession, on l’habille de ses plus beaux atours, on la coiffe de roses blanches (Hugo, Misér.,t.1, 1862, p.583).
B. −

 

4 réflexions sur « Les tribulations d’un tribulin en Ch’tirbulie »

  1. Ouaouhhhh, p*tain de b*rdel de m*rde…. 🥴 j’ai tout lu jusqu’au bout, facon « cul sec », quasiment en apnée.
    Voilà de la préface/profession de foi (comme ma foi-?-, pas mon foie, une fois !!) torchée, ou je ne m’y connais pas…
    Ne cherches donc pas à t’excuser par anticipation, tous tes péchés ne seront pas pardonnés… où y’a d’la gêne y’a pas d’plaisir 😜…
    Tu es bien le king de la digression incontrôlée…. nul besoin de substances qualifiées
    d’ illicites chez toi, ça part tout seul, dans tous les sens, et y’en aura pour tout le monde !!
    C’est pas joli-joli l’état dans lequel la communauté des mortels que nous sommes tou.te.s se trouve après deux vagues.
    C’est quand qu’on taille dans le vif, patron ??

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Bro heureusement que tu es là sinon je pourrais croire que le virus a tué tout le monde ! je n’ai toujours pas compris pourquoi il y a si peu de commentaires sur mon blog…ni insultes ni encouragements nothing but piteuse indifférence ? c’est pas très important et ça ne m’empèchera pas de continuer jusqu’à ce que les bars de l’éternité réouvrent enfin sur les rives du fleuve des ex punk philosofico lovers de notre race puisse enculer les mouches sans se faire mitouzer par la spa …enfin je me comprends 😉 genre le mec qui rit tout seul à ses propres blagues

      J'aime

  2. Ah le fripon !!
    T’en veux de la correction ??
    Alors , de mémoire… (c’est dur, ça…) je te corrigerais bien « carthésien », qui se porte très bien sans « H »…
    Donc: cartésien, ça suffit 😉
    Alleïï… à la prochaine lecture, j’essaierai d’être plus performant…

    Aimé par 1 personne

  3. Bon…. (au boulot ?? pppfff….)
    alors, dès le préambule tu as oublié pas mal d’accents; je te laisse chercher et corriger
    (l’auto-flagellation a-t-elle des vertus ??)
    -dans l’avertissement aux médecins: toujours les accents (à revoir!), le « stric » protocole prendrait bien le thé, négligence (sans « a »), « percluS » toujours avec un S, et Doliprane plutôt que dolipranne ( pourquoi tant de haine? 😉 )
    , et Zéro faute dans la NDLA (fond jaune), tout comme dans l’aparté (fond vert ): 20/20 !! dans le fond rose: « telle quelle » et pas qu’elle (elle n’a rien demandé, ou alors pas fort :-D)
    C’est tout pour aujourd’hui !!!

    J'aime

Répondre à https://oliwp.com/ Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close