Entre temps


Je me suis tu, cela n’a guerre d’effet

Tu as longtemps parlé, sans plus gagner la paix

Nous aurions pu chanter et puis danser béats

Détournant le regard de nos banalités

~

Concorde et harmonie, fleuve doucement tari

Au risque de l’ennui, les pavillons en berne

Se sont quittés amis par le feu circonscris.

Je ne peux me résoudre à étouffer la braise alors

Libères moi des ces frasques insensées par ton souffle

Et ton eau sur mon feu, ardeurs dispersées en vapeurs monotones.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close