des pieds de porcs et des zom’ [1] – chapter I épisode I page II


Pour lire le début de ce manifestement décalé sinon décadent pamphlet,  cliquez ici ou allez vous faire (rece)voir ailleurs sur le blog.

Bienvenue ce(s) pendant(es) ♥ [2]

Pour zapper les digressions, cherchez ci dessous le signe et si vous voulez, sautez jusqu’au prochain signe identique

_____________________________ℜ______________________________

(…)

[ndla: en italique gris ne lire que si vous avez le temps

et des envies de cultiver votre vous-même, genre pour sortir

des inepties qui épateront les moins aware à l’apéro par exemple)

réponse à la question concernant les « pousses-pieds »

(mettons leurs ou pas des « s », qui en a encore

quoi que ce fusse à forniquer ?)

Dans le monde cruel du cycle de la vie, le pouce-pied est un mollusque,

(oui cela s’orthographie pouce et pas pousse).

Il a bien un pédoncule comestible ce que seuls les gourmands curieux savent et ont goûté,

mais ça n’en fait point un pèd qu’on encule (pèd ‘onk ‘cule) sans son assentiment [3].

D’autant qu’à ma connaissance, rien ne prouve qu’il en soit ou pas, de la flottante s’entend, plutôt des hauts fonds à ce qu’en rapportent les pêcheurs, pécheurs devant l’Éternel, comme vous et moi ne vous déplaise.

Bon, je ne vous suppose ici ce soir, ni pour un suppositoire, pas plus qu’un exposé sur, alors vaquons, vaqueros et bergères, j’ai une missions d’utilité publique à opérer avant ce soir.

(…) [oui je pense comme vous, toutes ces parenthèses et digressions ça devient vite pénible mais contrairement à l’enseignement de certains conseillers en bestseller qui n’ont jamais vendu 1000 exemplaires de leurs chiures de mouches à merde, j’aime à imiter humblement mon premier modèle en littérature (si l’on néglige la bibliothèque bleue et rose Enyd Blyton et autres conteurs du Club des cinq, Oui Oui, Rahan, et aussi Jules Verne, confrères et sœurs agréés éducation nationale) j’ai nommé l’auteur émérite d’une bientôt officielle « Pléiade » et en attendant abordable édition de qualité ( par François Rivière. Bouquins, tomes 1 à 4, 1 280 p., 28 €) Frédéric Dard (suivez le lien ovins que vous êtes) et son œuvre hautement recommandée jadis pour délurer puceaux et ingénue, San Antonio (suivez le lien, c’est un ordre ou je vous fais tondre comme à la libération) ! Donc ma prose est et sera probablement longtemps encore agrémentée telle un boudin blanc de truffes, truffées donc de ces dérapages plus ou moins incontrôlables. Et pis c’est tout ]

_____________________________ℜ______________________________

Nothing But Thieves fait son truc et les marketeurs tentent de développer leurs arguments en commentaires mais selon mes critères et goûts (indiscutables comme vos couleurs) c’est de la semi-daube à étudiants bobos, mais bon, faut pas dire trop de mal, il y croivent (Béru style) ainsi que leur public et leur maison de « disques ». Je vous laisse juger, aspirants Dredd et dreadfull pieds gris, juste un lien vers le pitch et un vers l’audio, si vous voulez leur faces de pets Qwantez ou Googlelez les, lélélélélélé

le pitch de John B. Nothing but Thieves

un peu la zik des blancs-becs  Trip Switch par Nothing but Thieves

C’est pas le tout mais j’ai une salade de pieds de porcelettes et marcassins à préparer et ça va pas se faire seul tout! J’aurai bien demandé à la dulcinée de F.K.1 [4] de m’aider en cuisine mais je sais pas trop si elle aime la cuisine Hannibal style d’une part, et si elle kiffe le trip de toqué tout simplement alors j’hésite. Sans entrer dans l’intimité de la fumelle, faut reconnaitre que le François le français s’a pas trompé de régulière à fortiori priori et avec le manque recul nécessaire ils me semblent biens assortis et c’est tant mieux.

ps: je viens de me rendre compte et m’apercevoir avec un pet et d’un seul yeux que j’écoute NBT depuis 20′ et qu’au final c’est pas si pourri. Comme quoi faut jamais vendre la peaux de l’oursin avant de l’avoir gobé.

Donc me voilà tout guilleret en route pour déterrer les outils qui vont permettre de cueillir la matière première à même le bestiau. S’il vous en souviens j’ai déjà pratiqué ce genre d’épuration-désincarnation lors de la toute première des expériences en l’art et la manière du genre

#7 mots de trop à la Citadelle ©®™

juste un clic et c’est cadeau; interdit au moins de 18 ans; âmes sensibles à vos risques et périls [ explicit words phrases story, please ask your legal responsible for authorisation ] . Désolé pour certains liens vers les clips et autres contenus extérieur mais la pérénité sur Youtube ou certains sites n’est pas sous mon contrôle. Une nouvelle version de la chose sera éditée aussi tôt qu’une ou un éditeur aura la bienveillance de me proposer un deal écolo-économico-responsable-équitable. Avis à la population (…)

_____________________________ℜ______________________________

foto-Stefan-brending-linkin_park-rock_im_park_2014

 

Petite parenthèse pour honorer la mémoire de

Chester Bennington

qui jusqu’au début des années 10 m’inspirait et

m’apportait un certain émoi humano-Ichtyologique

via ouïes et autres orifices sensoriels disponibles

Numb – Linkin Park – in loving memory of Chester Bennington 

Le premier concert grand format de mon fils Sacha (6 ans à cette date)

c’était Linkin Park à Bercy en 2007 

_____________________________ℜ______________________________

(…) comprenez-vous

l’insulte visuelle voire olfactive infligée à l’humble sensualité exacerbée de votre serviteur?

Âmes sensibles ne regardez pas à droite, c’est trop

…ongles des pieds … trop durs pour être coupés? ça métonnerai

horrible, ça dépasse l’humainement supportable, unbearable, et ça ne puis continuer à exister ainsi en ce lieu de communion musicale et esthétique j’ai nommé mon frère John Beauregard 2018 – alias le maître de cérémonie du festival à Hérouville -Saint-Clair, dans le parc du château

de Beauregard

John Beauregard, quel personnage, et son frère, vous allez apprendre à le connaitre.

 

Nous sommes ici depuis à peine quelques heures mais le spectacle sur l’herbe et la terre battue a fait son effet

et réveillé mes pires instinct, vous m’en voyez contrit,

avec cependant une touche de plaisir naissant à l’idée des petits supplices que nous allons infliger de ci de là à l’improviste et en discriminant positivement certaines catégorie que je vous préciserai à la prochaine page. Et quand je dis NOUS c’est une réelle nouveauté bien excitante, j’ai le plaisir et l’avantage d’introduire auprès de vous mes assistante et assistant bien aimés, François Kev El flegmatic matador et Katie la tigresse des Balkans, le couple de l’année ici et dans toutes la Normandie récemment réunifiée (merci je ne sais plus qui, Gro-H-ollande le bien nommé ou Manu Tit Bite

 à vieille le mal branlé).

Allez, trève de blah blah (pas car ni tuture), ça va gicler, urines, spermes, sang,

séminales humeurs et allons y sans vergogne, défecquer de toutes les couleurs,

du plus sombre au plus clair, en une palette extraordinaire de couleurs aux odeurs de viandes fraîches à faisandées, humaines soit disant, nuisibles selon moi.

à suivre (…)

_____________________________ℜ______________________________

[1] [note 1 (à l’hauteur de l’oteur): et truies, ovins et bovins, tout ce qu’il vous plaira, et puis Zom’ & Fam’, no sex, trans, poly-insaturés de toutes les ablations ou adjonctions d’organes de la terre]

 [2] « pendant » pour les garçons regardez, voyez vous, à l’entrejambe ? Oui mais ne pendent ici que les attributs de sujets d’un certain age, les plus jeunes ayant les glaouis portés bien haut et serrés dans de jolies bourses à la peaux douce et légèrement fripée. C’est vrai, merci pour le commentaire. je n’en tiens pas compte mais vous êtes les bienvenus avec ce qui vous préoccupe et turlupine (de cheval)

[3]  Vous souvenez-vous ou pour les plus jeunes allez voir les sketch de Sophie Pétoncule, ça détend

[4]  F.K.1c’est Francis Kevin Lumet ou Francis Kevin 1 (le premier des fils uniques de papi mamie L, les prénoms et les noms ont été changé ou alors j’aurai peut-être du). Quand je cause de sa régulière, appelons la Kti, il s’agit de son épousée de quelques 30 années, mother de ses deux héritiers; j’en parlerai pas ici des deux glandus mais typiquement me semble-t-il de bons larrons de la génération 90, à peine sevrés à 30 balais, énièmes de cordée ce qui est à mon sens une qualité notable, travailleurs ce qui est utile à financer nos retraites bientôt liquidées (ça veut pas dire qu’on a cané, juste que la CNAV a fait son calcul et vazy que je tank hulule, dites merci le système social gaulois, et tout ça (t’as vu, même dans les notes je digresse, va vraiment faudra que je prenne des cours de synthétisme syncrétisme syntonisation ou synthèse focale un de ces soirs près le messe!

 

2 réflexions sur « des pieds de porcs et des zom’ [1] – chapter I épisode I page II »

  1. Ben mon pote… me voilà ravi, Oli 😉 La grande fresque des rebuts de l’humanité (sans hache majus’ cule, s’y te plait…) est donc en chantier !! Qui a donc dit que la Micronie, c’était pas l’pied ?? « Bouge ton pied que je voie la mer » qu’y titrait ton auteur de chevet…

    Aimé par 1 personne

    1. le monde n’est qu’argent, sexe, et pour les bon vivants orgies ! Au menu cette année toujours les andouillettes frites sauce au choix (mayo, samouraï, raisiné, sans parler comme dans l’histoire des sucs muqueux bucc-vagin-zob-anus-oïdaux

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close