Singe le poète


1915 Picasso brindando con Apollinaire   Tout en limbe sur la grève

Pieds nus sur galbe aux galets gris, banquise liquide échouée là, refusant le dégel

Je suis tenté par l’éternel et l’infini;

Le singe a atteint la limite, l’espace las, le temps aux prédictions finies.

______

Prédateur sans scrupule sur terrasse où lascives,

Pullulent et caracolent dédaigneuses frivoles, et rigides,

Tenté abject d’une ignominie définitive,

J’éructe et je flatule baigné dans mes humeurs.

Le poète au frontispice du temple hésite, entre le crépuscule des dieux et l’aube de ses instincts.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close