y- mg geb sll’ha shogg


[ ARKHAM (1). I belong there Page 2 J’entends les rats dans le mur ]

pour lire la page précédente cliquez ici

Comment décrire ce bruit insidieux? Avez-vous déjà été réveillé par le grignotage d’un rongeur ou d’un lagomorphe?

En plein sommeil à Puteaux [92800 France], rue Marius Jacotot. Le petit immeuble, plutôt une maison de quatre étages transformée en clapier fongueux était visité de jour comme de nuit par musaraignes et autres mignonnettes, en plein sommeil donc je me demande quel est ce bruit métallique à ma droite.

Faut-il vous avouer que pour m’endormir je m’adonne depuis 1975 à un rituel digne des psychopathes avérés, un trouble obsessionnel compulsif (TOC) et néanmoins gourmand, j’engloutis environ une tablette de chocolat en lisant. Longtemps de la littérature dont celle de Howard Philipp et mes auteurs cultes, Kerouac, Tolstoï, BURGESS, SARTRES,… et, depuis quelques années principalement des romans graphiques ou bandes dessinées.

Je tends alors la main vers l’interrupteur de la lampe de chevet, clic, échange un regard interdit avec ce qu’en gros plan je qualifie de gros rat, en vérité une musaraigne. C’est dégueulasse. Elle finira probablement elle ou ses sœurs dans une tapette en bois car je ne peux lui permettre de squatter ainsi ma studette, ma fille a 3 ans et je ne veux pas perdre mon droit de week-end et mercredi, un sur deux.

En pleine conscience à Arkham [Massachusset USA] les rats sont beaucoup plus imposants. Terrifiants. Et de part le monde ils prolifèrent, inexorablement. Ces temps derniers qui craint le réchauffement climatique, Macron, la CGT?… alors que le réel péril rampe à la vue des passants sur le boulevard de Clichy à Paris ou dans les allées de Central Park, Hide park. Malheureux condamnés congénères, comme vous êtes naïfs.

Depuis la fenêtre de ma chambre d’hôtel, à l’entrée d’East Cukwen street, à travers les persiennes j’entraperçois une colonne d’humanoïdes encapuchonnés, ils avancent lentement, leur déplacement répugnant fastidieux, poisseux nauséabonds. Dans ma tête le bruit incessant des grignotages, du piétinement d’une horde de rats dans le mur ouest pèse comme si l’immeuble entier s’était effondré sur moi. Je perds mes moyens, pleure comme un enfant seul quand la porte du placard grince au milieu da la nuit, je vois leurs yeux rouges perçants, ils me menacent, c’est la fin, j’ai mal déjà comme lorsqu’ils m’ont attaché sur le lit à l’asile avant d’appliquer sur mon ventre la cage avec le rongeur affamé.

Au secours, aidez-moi s’il vous plait, envoyez quelqu’un, pardon, je ferai tout pour revoir le soleil, je n’ai pas voulu cela, ma curiosité n’est pas morbide, je suis comme l’enfant qui visite un lieu interdit, juste un flâneur fouille-au-pot, incorrigible fureteur

à suivre – Ω.Λ.Ι ω.ρ

Ce diaporama nécessite JavaScript.

(1) NDLA : mille excuses pour la faute d’orthographe dans la page précédente ARKHAM possède un H. Sans le H c’est soit une échoppe de motos, un groupe de métal ou un photographe…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close